Interview-Zalikatou Diallo (RPG) brise le silence: «qu'on sorte de cette situation de ni paix ni guerre»
Zalikatou Diallo, tête de liste du RPG Arc-en-ciel aux législatives

Dans un entretien accordé ce mardi 10 mars 2020 à votre quotidien électronique Guinee114.com, Zalikatou Diallo, tête de liste du RPG Arc-en-ciel aux élections législatives, s’est prononcé sur plusieurs sujets d’actualité. Du report du scrutin aux divisions au sein du parti présidentiel en passant par son avis sur une éventuelle reprise du recensement des électeurs et la venue des grands partis d’opposition dans le processus. Il a été également question du destin de présidente de la future présidente de l’Assemblée Nationale que certains entrevoient déjà pour elle et la présence en Guinée d’une mission de la CEDEAO.

Interview !

 Guinee114.Com : seriez-vous d’accord que le recensement des électeurs reprenne et qu’on ouvre la candidature aux partis qui sont actuellement hors du processus tels que l’UFR et l’UFDG ?

Zalikatou Diallo : Non ! Personnellement je trouve inopportune la reprise du recensement. Je pense qu’on doit passer à autre chose maintenant. Les autres pays sont en train de se développer. On a dépassé cela il y a longtemps. Aujourd’hui le chronogramme a évolué, tout est déjà mis en place pour la tenue du scrutin. Rien n’est impossible mais moi je pense que même si cela doit se faire ça ne sera pas à mon niveau et cela doit forcément être une décision hautement politique. Donc ce n’est pas à moi ni à un membre du bureau politique du RPG de répondre à cette question. Honnêtement c’est malgré moi que j’ai vu les partis d’opposition boycotter les élections. Je pense que ça été une grosse erreur politique. Et le Professeur Alpha Condé n’est pas responsable de cela, le RPG arc-en-ciel non plus n’est pas responsable.

Une mission de la CEDEAO séjourne actuellement en Guinée et travaille sur le fichier électoral.  Comment voyez-vous la venue de cette mission d’experts ?

Nous sommes derrière le professeur Alpha Condé. Parce-que depuis qu’il est à la tête de ce parti il n’a jamais pris de décisions qui puissent nuire à la crédibilité du parti. D’après son adresse à la nation qui a précédé le report du scrutin, nous avons compris qu’il tient à la crédibilité de ce double scrutin. Alors si des réserves ont été émises ça et là pour deux (2) millions 491 et quelques électeurs ou les problèmes de doublons…  C’est pourquoi il a demandé au aux techniciens de la CEDEAO de venir auditer le fichier électoral parce qu’il ne se reproche de rien. Donc nous on suit le Professeur Alpha Condé et on attend. Par ce que le Pr Alpha Condé agit pour la Guinée et pour le bien de la Guinée.

Depuis le report des élections, aucune date précise ne semble être envisagée. Peut-on dire que l’attente commence à être insupportable pour vous ?

Oui, c’est clair ! Aujourd’hui, pratiquement, c’est l’attentisme partout. Nos militants commencent à s’impatienter. Mais moi honnêtement je comprends. Parce-que nous voulons avoir un scrutin avec zéro contestation, s’il le faut. Donc tout ce qui pourrait entacher la crédibilité du fichier moi je suis d’avis qu’on puisse lever l’équivoque. Parce-que comme on le dit le doute ne prie pas. Les électeurs dont il s’agit, il faut que tout le monde comprenne que ce sont des électeurs qui ne sont pas revenus devant l’opérateur de saisie pendant l’enrôlement. Et aucun fichier électoral ne peut-être parfait.

Que pensez-vous de cette division au sein du parti, lorsque Damaro dit qu’il y a certains qui ne sont pas engagés et quand Bantama parle de personnes qui auraient pris en otage le président et qui font semblant ? Etes-vous d’accord avec l’expression cinquième colonne au sein du RPG ?

Au niveau du parti, chacun a ses créneaux d’information. Je ne peux pas approuver ou désapprouver quelque-chose que je ne connais pas. Ces propos n’engagent qu’eux. Peut-être qu’ils ont des informations que moi je n’ai pas. Mais le jour où moi aussi j’aurai les mêmes informations, je vais faire une appréciation et donner mon avis. Mais pour le moment on n’est pas là.

Certains voient en vous déjà la future présidente de l’Assemblée Nationale. Est-ce que c’est un objectif pour vous ?

Ce n’est pas du tout un objectif pour moi. D’abord ça ne m’intéresse pas. Moi même à ma surprise le président qui avait promis lors de la convention qu’il aurait privilégié les jeunes et les femmes a lié l’acte à la parole. Il a désigné une femme tête de liste. Ce n’est même pas une première puisqu’en 2013 aussi c’est une femme qui était tête de liste Hadja Nantou.

Donc moi ce n’est pas un objectif pour moi. C’est le parti qui va choisir celui qui va être à la tête de l’Assemblée nationale, ce sont les députés élus qui vont choisir le président de l’Assemblée. Mais partout où le parti décidera de me mettre, vice-présidente d’une commission, présidente, ou secrétaire parlementaire, mon objectif est de servir, de faire mon travail, aller même au-delà de ce qu’on me demande. C’est ça mon objectif moi. Parce que moi je me dis que quelque soit la responsabilité qu’on me confie, l’objectif c’est de servir mon pays. Moi j’aime servir mon pays.

Que pensez vous de l’arrestation de certains membres du FNDC qui s’opposent au référendum ? 

Moi je pense qu’on doit laisser la justice faire son travail. Vous avez vu les incendies criminels et toutes ces violences qui se passent dans ce pays. Donc à mon avis, on doit laisser la justice faire son travail.

Avez-vous un message particulier ?

Oui le message que je veux lancer d’abord à l’endroit des acteurs politiques c’est qu’il faut qu’on sorte de cette situation de ni paix ni guerre, de revenir à la raison et dialoguer. L’autre message c’est à l’endroit des femmes, qu’elles évitent les mariages précoces, qu’elles acceptent de poursuivre les études pour participer au développement du pays.

Entretien réalisé par Mohamed Lamine Bah